Accueil Date de création : 22/05/09 Dernière mise à jour : 30/05/14 02:44 / 252 articles publiés

Le tour de la Corse 4 et 5 : Porto-Vecchio - Bastia  (Voyage vers le Soi) posté le vendredi 30 mai 2014 02:44

Blog de angel09 :Angel's home, Le tour de la Corse 4 et 5 : Porto-Vecchio - Bastia

Avant de commencer un nouveau voyage serein, il est nécessaire de finir le précédent. Je mène à bien cette action en clôturant le voyage en corse par cette dernière étape…

 

Nouvelle aventure : Le tour de la Corse. Etape 4 et 5 : Porto-Vecchio - Bastia

Objectif : Prendre mon pied, faire des rencontres, retrouver l’émerveillement et l’amour en mon cœur et regard.

Résultats : Pur bonheur, des personnes magnifiques, des paysages merveilleux, un parcours inoubliable, 113 photos, un défi relevé haut la main…

 

Jeudi 20 févier 2014 : Me réveillant, à nouveau tôt ce matin là, je pu profiter de quelques heures pour moi avant de m’arrêter à l’épicerie et de rejoindre mon emplacement idéal pour le stop. En place à midi, je patientai presqu’une heure avant qu’un homme d’une cinquantaine d’années m’adressa la parole. Il se rendait au magasin à l’entrée de Porto-Vecchio où il me déposa trois quart d’heure plus tard. A partir de là, mon premier regard sur la ville se fut en marchant quelques heures peut être. Au moment où je trouvais un bar, il se mit à pleuvoir bien fort… Oufff, j’étais à l’abri. N’ayant toujours pas de réponse de couchsurfing, je pris l’initiative d’envoyer un texto à Thierry, l’homme qui m’avait pris en stop deux jours plutôt. Ravie qu’il puisse m’aider à nouveau, je repris la marche pour trouver un supermarché en attendant qu’il se libère. C’est dans le magasin qu’il me rappela pour me rejoindre. Lieu parfait vu qu’il avait des courses à faire. Nous choisîmes, ainsi, notre repas ensemble. Il prit l’initiative d’acheter des bières et vin corse. Décidément cette île avait envie de me faire découvrir le vin (boisson que je n’avais jamais bu auparavant), que j’ai su apprécié ainsi que les trois bières différentes qu’il me fit découvrir. Il m’invita à prendre une douche et à faire une lessive. Panne de gaz, je ne pu prendre de douche et fit la lessive le lendemain matin à lors qu’il était partie racheter des bouteilles pour l’eau chaude. Vêtements propres étendus dehors par ce magnifique temps ensoleillé, nous décidâmes de faire un tour de vtt. Deux heures de pur délice, à rouler sur la grande plage puis a gravir un sentier d’où se dessinait de magnifiques décors de cartes postales avec le sable blanc et l’eau turquoise. Passionné, il me détaillait de son doigt l’entrée du port de Porto-Vecchio en partant d’une grande antenne situé sur une montagne à moitié cachée derrière une autre. Une journée sans photo, prenant une pause pour vivre légère (seuls mes vêtements sur moi) à savourer pleinement ces heures défilantes, remplissant mon cœur de beauté, mon regard de splendeurs et gravant tout ceci dans mon être. Puis en rentrant, linge plié, nous repartîmes pour une ballade en moto. Nous avons été à deux ou trois endroits afin qu’il trouver une pièce pour son autre moto, avant de faire un grand tour touristique. Ravi, il me fit découvrir les plus célèbres plages de corses avant de me porter au pied de l’antenne vue quelques heures plus tôt. La nuit tombante et l’orage menaçant de son énorme nuage noir,  j’assistais à une scène d’une grandeur certaine. Je devinais à présent, la plage de st Cyprien en face de moi puis la profondeur du port de Porto-Vecchio sur ma gauche, détaillé par les lumières de la ville et les phares de ses véhicules, avant de me laisser appeler par l’air marin qui me séparait de l’Italie. En rentrant, on profitait d’une soirée amicale à partager nos façons de penser (en autre). Souriants, on appréciait de se comprendre, comme deux amis d’enfance.

Samedi 21 février 2014 : A midi, j’étais postée à Lecci. Mon pouce n’ayant pas de succès, je pris du recul dans un petit parc. Remotivée, je me remis en marche avec pour commencer, la rencontre d’un homme âgé, et de plus, fort sympathique, qui me déposa un peu après st Lucie (là où il habite). Sachant que j’étais photographe, il voulu absolument me permettre de photographier une vue qu’il aime peintre. Sourires aux lèvres, on se serra chaleureusement les mains avant de se quitter là. A présent, je me retrouvais dans un col de montagne. Bien heureusement, il y avait là un très grand parking de bord de route qui permettait de s’arrêter rapidement et en toute sécurité. C’est alors qu’un Corse professeur m’invita amicalement à monter en voiture, il se rendait à Bastia visité sa belle mère hospitalisée. A Aléria, je lui demandais de me laisser là, attendant des réponses de couchsurfing. Après avoir bu un verre en terrasse, me rendant compte qu’il n’y avait pas grand-chose ici, je décidais rapidement de continuer la route. Deux Hommes s’arrêtèrent pour me déposer plus loin sur la nationale. Malgré que ce n’était pas un endroit idéal pour du stop, deux jeunes hommes dérapèrent dans un nuage de poussière terreuse. Un chouette moment où j’en appris d’avantage sur la Corse. Ils me laissèrent à une gare proche de Bastia. La gare fermant, je continuais mon trajet vers la grande ville du nord de la Corse. Un italien, installé dans le coin depuis trois ans, m’avançait encore un peu. Puis ce fut le tour d’un couple d’une soixantaine d’année de me présenter les lieux jusqu’à ma destination final. Toujours sans nouvelle de mes demandes de canapé et n’ayant rencontré personne pendant les quelques kilomètres parcourus au fil des rues, je décidais de me rendre au centre d’hébergement de secours. N’ayant plus de place à l’intérieur, je passai la nuit à l’arrière du bâtiment sur un matelas plié en deux trouvé là. Je n’ai pas dormi de la nuit et partie au lever du jour dégainant mon appareil. Je retournais tranquillement au bar de la veille sachant qu’il y avait internet. J’y suis resté de 8h à 17h, posée sur l’ordi, buvant, mangeant… En repartant, je profitais d’un coup de téléphone à mon amie G pour me re-booster, car ça devenait difficile de me maintenir éveillée. De suite, je me rendis acheter mon billet pour mon retour en France et débutai ma visite du navire de luxe. Il était très différent de celui qui m’avait emmené sur cette île. Beaucoup plus d’étages, plus d’activités, de bars luxueux. Au fil de ma découverte, je m’installais à l’endroit parfait, un bar sur deux étages avec banquettes et tables. En contrebas, se trouvait un petit groupe accompagnant une chanteuse. Soudain, je me croyais dans le Titanic. La veille dormant dans la rue, avec la chance d’avoir un bout de matelas, ce jour me pavanant dans un confortable navire. Un garçon d’approximativement mon âge m’interpelait, seul avec son sac de voyage. Sachant que nous finirions par nous parler, je ne fus pas surprise lorsqu’il m’adressa la parole. Il m’offrir une bière, Corse bien sûr, puis une deuxième, avant que nous rassemblions  notre monnaie pour la dernière tournée. Nous avons passé un super moment ensemble avant de se décider à chercher une banquette pour dormir. Effectivement, le bar fermait ses portes pour la nuit. Ce n’était apparemment pas facile de trouver une place pour une seule personne alors pour deux ce l’était encore moins. Après s’être dit que l’on allait tenter la piscine à boules, je lui ai proposé de descendre à l’étage des jeux vidéos, sur le même pont que l’accueil. A l’ouverture des portes de l’ascenseur, nous eûmes le plaisir de voir juste en face deux banquettes libres. Nous nous quittâmes au matin a la sortie du bateau. De là, je mis deux bonnes heures à traverser la ville cherchant un emplacement pratique. Un homme, d’origine africaine m’avança jusqu’à Aix-en-Provence où j’attendis des heures une amie perdue de vue depuis quelques années. Sans nouvelle, je me remis en route. Le premier véhicule n’allant pas dans la même direction me conseilla vivement de me faire une pancarte. A peine fini d’écrire, qu’une voiture me proposa Montpellier. L’homme rentrait chez lui après un enterrement. Nous avons bien parlé, ayant en plus le plaisir d’écouter ses connaissances sur la région dont il est amoureux, même s’il travaille à Paris. Ce fut très compliqué de sortir de Montpellier, ainsi j’acceptais la première voiture qui me poserait à Sète. La nuit commençant à se montrer, je m’inquiétais un peu. Heureusement, un jeune homme tractant des chevaux s’arrêta pour me déposer enfin a Toulouse où je passais la nuit. Etant en pleine action, je profitais de cet élan pour repartir direct en randonnée puis stop pour récupérer des affaires laissées depuis septembre avant de remonter…

De là, vacances, mode ville, préparation pour la suite (ce qui a demandé beaucoup de travail et d’accompagnement personnel ainsi que l’écoute du souffle de la vie)… Merci à ceux qui ont suivi ces préparations. Merci de votre soutien à tous…

lien permanent

Le tour de la Corse 3 : Bonifacio  (Voyage vers le Soi) posté le dimanche 11 mai 2014 04:16

Blog de angel09 :Angel's home, Le tour de la Corse 3 : Bonifacio

Nouvelle aventure : Le tour de la Corse. Etape 3 : Bonifacio

Objectif : En visiter tous les recoins, pleinement savourer l’instant.

Résultat : Beaucoup d’enseignements, hommage aux fondations d’autrefois, libération, bien-être, éblouissement, amour pour l’énergie du lieu, beauté, une journée de rêve, 222 photos…

 

Mercredi 19 février 2014 : Réveillée en forme et tôt, comme à mon habitude depuis quelques jours, je profitais d’une matinée calme dans un appartement, seule, mon hôte travaillant de 5h à 13h. Ainsi, accompagné de quelques thés délicieusement appréciés,  cet instant se remplit d’une énergie grandement profitable, travaillant ainsi sur mes photos et écrits. Ce n’est que vers midi que je quittai le logement prenant soin de remettre les clés sous le paillasson. Commençant ma visite au téléphone, marchant au fil des paroles échangées, je n’empruntais pas le même chemin que la veille. Puis, lorsque la toile de ma première photo se dessina devant moi, je pris le soin de finir mon appel avant de continuer. Ainsi, sortant mon appareil de sa protection, je déclenchais pour la première fois ce jour. Le mouvement de la journée : émerveillement, moment de pause (pour en remplir mon regard), photos (en signe de remerciement). En un recueil intérieur, je débutai ma marche par un escalier fortifié qui m’avait interpellé la veille lors d’un de ces fameux appels téléphonique. Toute la journée, je me suis laissée aller a suivre l’amour de mon regard, passant ainsi un certain temps à faire le tour de la ronde des gardes.  Emplie de l’histoire de ce lieu, de son passé présent et en paix, j’eu le sentiment de faire un hommage sur mes propres fondations passés. Ce passé sur lequel je m’étais construite, celui que j’ai laissé derrière moi en prenant soin aujourd’hui d’écrire un nouveau livre de ma vie, renaissant à moi et au monde, avec lequel je suis à présent en paix. En moi, l’énergie de cette ville s’accordait harmonieusement. La paix fut le mot clé de cette journée, on pouvait sentir la présence du passé, qui était là juste par bonheur, par plaisir d’être ici, en harmonie, respect et beauté. Des heures intenses pour moi (que je ne pourrais décrire avec justesse ce que j’ai ressenti deux mois après).A la fin de la ronde des gardes, je retraversai le village, descendais au port par un nouvel accès pour un petit tour à l’épicerie pour offrir le repas du soir, avant de rejoindre une petite plage aux touches bleues turquoise, au pied de la falaise. A mon arrivé, un homme, griffonnant sur son bloc à dessin, me demanda si c’était l’escalier menant en ce lieu inspirant était celui d’Aragon. Ayant vu la pancarte juste quelques temps auparavant, je lui communiquai mes informations avant de m’installer un peu plus loin. J’y passais un certain temps, savourant mon gouter, ayant testé l’eau de la pointe de l’orteil (bien trop froide pour moi), ramassant quelques pierres m’attirant intimement voir précieusement. Puis, je me suis éloigner sur le haut de la falaise, le chemin s’ouvre sur plein d’autres semblant mener plus ou moins au même endroit. Je ne sais pas où menait tous ces petits chemins voyant à perte de vue le haut de la falaise colorié de vert et de beige. On pourrait penser qu’il est facile de s’y perdre, et même s’il m’a semblé prendre toujours celui de droite à l’aller, je n’ai pas pris le même au retour. Bien sur ce n’était pas le cas, il me suffisait de me retourner pour voir la grande présence de la cité inspirant tant de respect. L’heure avançant et après un long coup de fil à G (mon amie repère pendant mon voyage), je rejoignais la ligne de départ de ce voyage intérieur en image, je m’arrêtais une bonne heure sur la terrasse d’un café, testant la bière Corse, je continuais le travail de mes photos commencé le matin. Prévenant par texto mon hôte que j’allais bientôt rentrer, j’appris que je mangerais seule. Après une petite soirée sur l’ordi, nous n’échangions que quelques mots avant d’aller profiter d’une nuit paisible.

Je reparti le lendemain après un court arrêt au magasin et de me poster à midi à la sortie de la ville où je patientai 1h avant qu’un homme ne m’invite à monter dans son véhicule, direction Porto Vecchio.

lien permanent

Le tour de la Corse 2 : Propriano - Bonifacio  (Voyage vers le Soi) posté le dimanche 23 février 2014 10:33

Blog de angel09 :Angel's home, Le tour de la Corse 2 : Propriano - Bonifacio

 

Nouvelle aventure : Le tour de la Corse. Etape 2 : Propriano - Bonifacio (1 jour, 70km, 1h25 en stop)

 

Objectif : Bonifacio, détente

Résultat : Départ en douceur, Bonifacio à 13h30, profiter de la beauté du lieu et de l’instant présent, 135 photos…

 

Mardi 18, 9h30 : En quittant l’appartement, je me rendis immédiatement dans le même café que la veille. Ecrivant ma journée de la veille et n’étant pas pressé de décoller, j’y restais bien 2h avant d’aller faire quelques photos sur le port. La journée commençait bien avec cette femme assise sur un banc qui me tendait un grand sourire sincère. En repassant une 2ème fois devant elle, elle fit un clin d’œil à mon appareil photo : « Bel engin, ça donne envie ! ». Ca m’arrive assez régulièrement de recevoir une petite phrase d’accroche vis-à-vis de mon matos. Une fois mon petit tour fait, je rejoignais la route de Bonifacio, où je débutais le stop pour 1h30 de trajet. La 3ème ou 4ème voiture s’arrêta à ma hauteur. Un homme d’une cinquantaine d’année du nom de Thierry m’invita à monter. Il se rendait à Porto-Vecchio et était parti le matin d’Ajaccio. La durée du trajet fut un moment de plaisir, discutant de plein de choses. Le courant passait vraiment bien entre nous. Il s’arrêta à plusieurs reprises sur le bas-côté de la route afin que je fasse quelques clichés de la vue magnifique qui se présentait à nous puis il fit même un crochet pour me déposer au port de Bonifacio.

13h30 : Arrivée à Bonifacio. De suite, je sentis que cette ville allait me plaire. Le paysage que je voyais s’ouvrir à moi, était si beau que je restais un moment à regarder ce spectacle. Un homme vint alors me proposer de m’offrir un verre. Il faut avouer qu’on sent parfois le sang italien et ainsi les plans dragues. Pas intéressée, je tentais de m’en débarrassé au plus vite. Enfin seule, j’en profitais pour téléphoner à plusieurs personnes pour leur donner de mes nouvelles. Effectivement, avec le couchsurfing, je n’ai plus vraiment besoin de faire attention à mes batteries. Cette journée fut donc remplie de coup de fil de toutes parts. Après avoir marché le long du port, je commençais mon ascension vers la haute ville. Cette beauté que j’apercevais partout où mon regard portait, me toucha particulièrement. A Bonifacio, je m’y sentais bien, tout allait pour le mieux. Prenant quand même quelques photos, je me répétais que le lendemain j’irais là et puis là, tout m’intéressait. Après d’autres coups de téléphone, je m’aventurais dans le cœur de la ville médiévale.  C’est là, dans une petite rue que quelque chose m’interpella. Une porte ouverte, une scène chrétienne représentée sur une petite charrette m’appela au plus profond de moi. Dans un instant de sincérité et de plénitude intense, je pénétrais en ce lieu dans un respectueux silence. Après avoir regardé ces figurines d’une certaine taille, j’aperçus sur la gauche la salle de la messe de la chapelle. Tout ce que j’ai pu voir dans ma vie ne peut égaler la beauté que j’ai vue en cette vie et en ce lieu sain (j’ai encore le temps pour m’émerveiller de la beauté qui se trouve en ce monde, sur notre planète). Après avoir posé mon sac le plus délicatement possible, je gravis les quelques marches et avançai jusqu’à l’autel. C’est à ce moment-là que j’ai reçu un signe de la vie. Une magnifique image du Christ levant la main où resplendissait l’amour divin. Une écriture, en bas de l’affiche, disait : Jésus, j’ai confiance en toi. Ainsi, je m’assis au premier rang devant cette représentation un bon moment, me recueillant silencieusement et remerciant pour tout ce que la vie m’apporte au travers de mes voyages, de mes découvertes. Par la suite, je pris rapidement des clichés afin de pouvoir remontrer à qui voudra cette image pleine de signification. Effectivement, ce n’était pas la première fois que je voyais des représentations de personnages de la bible en Corse. A croire que la foi trouve pleinement sa place en cette île. Puis, aussi discrète qu’à mon arrivée, je repartie et continua ma visite attendant 17h que mon hôte me rappelle. Le bâtiment suivant qui me marqua fut une caserne militaire à l’abandon. On sentait le vécu qu’il portait en ses pierres. Tant à la foi l’ambiance paraissait glauque, tant à la foi on sentait les rires et la complicité qu’avaient eus ces hommes venus cohabiter ici il y a un nombre d’années qu’on ne peut estimer, si lointain et en même temps pas si vieux que ça. A partir de là, je stoppais ma visite et après avoir trouvé la poste (un lieu qui semble stratégique), j’attendais Jean-Patrick patiemment. A son arrivée, il me conduisit dans son T1 qui se trouvait dans un labyrinthe de rues médiévales. Un canapé m’y attendait, ainsi qu’une soirée calme, il faut avouer qu’il est assez réservé et que le dialogue n’était pas très présent, même si j’ai essayé plusieurs fois de le relancer…

lien permanent

Le tour de la Corse : Porticcio - Propriano (2 jours)  (Voyage vers le Soi) posté le mercredi 19 février 2014 18:35

Blog de angel09 :Angel's home, Le tour de la Corse : Porticcio - Propriano (2 jours)

Nouvelle aventure : Le tour de la Corse. Etape 1 : Porticcio – Propriano (2 jour, 56 km)

 

Objectif : Marcher pour libérer ma tête, pour remettre les choses en place en mon être, reprendre vie…

Résultat : 16km la première journée, 10km en montagne la deuxième journée, 109 photos, des douleurs physiques, un peu d’émerveillement, beaucoup de ras-le-bol (dans la montagne et la peur d’y rester bloquée pour la nuit), je reviens un peu en moi…

 

Dimanche 16 Février, 11h30 : départ de Porticcio.

Ce jour, j’ai principalement marché. En effet c’était mon objectif : essayer de reprendre vie en exprimant le corps. En ce moment, c’est devenu particulièrement difficile d’être en moi et de vivre. Ainsi, j’ai choisi le choix courageux, celui de visiter la Corse. Effectivement, je trouvais dommage d’être venu en Corse et de ne voir qu’Ajaccio et Porticcio. Ainsi, je vais à la rencontre de ses paysages et de ses habitants. Depuis quelques temps, je n’arrive plus à parler avec les gens, je n’arrive plus non plus à être, même seule. C’est pour cela que j’ai esquivé la plupart des regards et donc j’ai évité tout contact. Seulement eu quelques bonjour échangés ainsi que quelques sourires timide. Cependant, un jeune homme s’est arrêté en voiture me demandant où je me rendais et s’il pouvait m’avancer un peu. J’ai gentiment refusé, vu que mon but était de marcher. J’ai marché encore et encore en parcourant même une montagne avant d’arriver à Portigliolo. Des ampoules aux pieds me faisaient mal depuis bien longtemps et ainsi, je choisi de passer la nuit dans ce petit village. Ma première nuit dehors seule ! Et sans tente en plus ! Je ne peux pas dire avoir bien dormi, ne sachant même pas si j’ai réellement dormi. Au départ, je me suis allongée sur un banc d’une table de pique-nique où paisiblement, je commençais à m’endormir. Ayant comme beau spectacle les lumières d’Ajaccio sur la rive d’en face, ainsi que le départ du ferry où j’aurais dû me trouver, sans oublier le magnifique levé d’étoiles.  A minuit, les lampadaires se sont éteints, heureusement pour moi la pleine lune éclairait bien mon environnement. Puis le ciel s’est couvert et après avoir reçu quelques gouttes, je décidai de changer de place de peur que mon appareil photo prenne l’eau avant que je puisse m’en rendre compte. Effectivement, j’étais si bien couverte que la pluie aurait pu ne pas me réveillé, si toute fois je plongeais dans le sommeil. La nuit fut fraiche, enfilant ainsi toutes les épaisseurs que j’ai pu : jogging, 2 pantalons de ski, 2 paires de chaussettes, un t-shirt, un sweat, une veste et mon gros manteau. J’ai fini ma nuit sous le petit porche d’un cabanon en bois d’où je reparti vite avant même que le soleil se soit levé.

 

Lundi 17 février : Au matin, je ne savais plus si je voulais continuer ou rentrer à Ajaccio pour attendre le bateau qui me ramènerait en France. Ainsi, je reçu la visite d’un chien avec qui j’ai joué deux bonnes heures à la balle. Puis décision prise, je me lançais pour rejoindre Propriano. Cette 2ème journée fut rude, malgré un bon départ en stop avec un jeune homme qui me porta un peu plus loin qu’Acqua Doria. Ensuite, malgré que je voulais faire principalement du stop, ayant trop mal aux pieds, je me suis retrouvée à marcher et gravir les montagnes. Pendant 4h, le peu de voitures qui passaient par là, ne s’arrêtaient pas. Jusqu’à ce qu’enfin, une voiture me permis de parcourir plusieurs kilomètres. Il s’agissait d’un homme et d’une femme qui organisaient un triathlon dans cette région. L’homme qui connaissait bien l’endroit, me montra différentes choses dont la route que j’allais emprunter. Un bon moment Corse partagé, de plus, le repos de mes pieds et dos. Nos routes se séparant, ils me laissèrent à un carrefour où je repris la marche. Quelques temps après un jeune homme m’invita à monter dans son véhicule, après un court temps d’attente pour qu’il se change chez lui et une bière partagée dans une petite station-service, il me déposa à ma destination de ce jour. Entre temps, je reçu une réponse positive du site couchsurfing. Trop de chance car c’est l’homme que je voulais, étant lui aussi photographe et en plus sculpteur et designer. Après un arrêt au bar pour vérifier tout cela de moi-même via mon netbook, il m’appela, ce qui me rassura encore plus. Je patientais une heure avant qu’il vienne me rejoindre et m’accompagner jusqu’à son domicile. Nous avons passé un bon début de soirée, il me raconta comment est la Russie (étant son pays d’origine) ainsi que les autres pays qu’il a visités. Artiste, il me parla aussi de son art, un bon échange inspirant. Après une douche bien méritée, il me prépara une nouvelle expérience culinaire, au menu : daurade pêchée en Atlantique, riz complet avec raisin sec et un verre de vin blanc. Même si je n’ai pas tout mangé, c’était une découverte agréable. 21h fut l’heure à laquelle je m’allongeais pour m’endormir quelques minutes après afin de récupérer un maximum (deux nuits en une). Au matin, après son retour de son travail de sécurité au port et une courte petite pêche, je savourais un bon thé chaud. Il m’invita à reprendre une douche, ce qui fit du bien à mes courbatures et surtout celles des mollets qui m’empêchaient de marcher. Cependant, mes pieds se sont bien reposés et mon ampoule aussi.

lien permanent

La Corse : Ballade sur la plage de Porticcio  (Voyage vers le Soi) posté le samedi 15 février 2014 18:08

Blog de angel09 :Angel's home, La Corse : Ballade sur la plage de Porticcio

Mercredi 11 Février : Alors que le soleil était revenu, je ne pus que passer un moment intime avec mon appareil et les décors de la plage de Porticcio.

 

Objectif : Savourer...

Résultat : Intense plaisir ressenti, légèreté...

 

Je vous laisse avec ces images, ne sachant quand je pourrais poster un nouvel article. M'étant laisser un défi, j'ai bonne espoir d'alimenter mon blog pour le plaisir de vos yeux...

Je pense à vous...

 

lien permanent
|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à angel09

Vous devez être connecté pour ajouter angel09 à vos amis

 
Créer un blog